Rechercher
  • Cécile Camp

Toxique de Sagan par Christine Culerier / Avignon Off

J'ai la grande joie de reprendre la mise en scène de ce très beau texte de Françoise Sagan "Toxique", le journal qu'elle a tenu pendant sa cure de désintoxication , à 22ans, pour se sevrer du Palfium qu'on lui avait donné après son accident de voiture.

Christine Culerier en est l'interprète exceptionnelle, toute en finesse et élégance, elle nous emporte dans l'univers de Sagan.



Note d'intention: Dans une carrière d'actrice il y a des rencontres avec des rôles marquants, des rôles qui nous transforment et nous font avancer dans la maîtrise de notre art. Parfois c'est au-delà du rôle, c'est un texte, un auteur. Je me rappelle la première fois où j'assistai à une lecture de Françoise Sagan par Christine Culerier. Une simple lecture publique transformée en moment magique d'osmose entre le souffle de l'auteure et de l'actrice. Une évidence absolue, Christine devait jouer Sagan et je n'eus de cesse de la pousser à le faire. Quand elle m'annonça son désir de jouer Toxique, je ne fus pas surprise, probablement la partition la plus difficile, un journal, une écriture en fragments, l'être profond de Sagan et Christine allait en être le stradivarius. Pour elle, nul besoin d'artifices, ni perruque, ni imitation de la voix et de son rythme si reconnaissable, non, l'art de l'incarnation suffit. Sa demande de jeter un regard neuf sur son interprétation et la mise en scène, je l'accepte avec enthousiasme, après tout, les grands musiciens interprètent souvent une même œuvre dirigée par différents chefs d'orchestre, alors pourquoi pas une actrice ? L'œuvre réinterrogée, ré-explorée, réinterprétée, mais l'œuvre ! Toxique est un rite de passage, celui de l'enfance à l'âge adulte, un rite dans la douleur, sortir de la chrysalide, ce moment délicat. Certes Sagan, adulte, elle l'était déjà, la célébrité et l'indépendance à 18 ans, un talent fulgurant, une vie dans la vitesse. Elle est le « charmant petit monstre ». Et puis l'accident de voiture, la douleur, la morphine, la désintoxication ; un arrêt forcé, une étape de parcours comme bloquée par des intempéries, l'hôpital, l'ennui... Elle tente le passage, considère l'état d'être adulte et fait demi-tour, choisissant à jamais la juvénilité.

Cécile Camp

2 vues0 commentaire